Faillites, les signaux d’alerte

Une faillite n’a pas de conséquences uniquement sur le chef d’entreprise et son personnel, celle-ci a également des retombées négatives sur les entreprises liées à elle (clients, fournisseurs, …). La crise qui dure depuis trop longtemps a fortement fragilisé un grand nombre d’entreprises et nous vous avons déjà parlé des raisons les plus communes pour lesquelles les entreprises font faillite. Dès lors, il est important de repérer les signaux d’alerte avant qu’il ne soit trop tard.
Dans cet article, les différents signaux à prendre en compte vous seront expliqués. Ils concernent votre propre entreprise mais permettent également de scanner une entreprise avec laquelle vous comptez collaborer, et ceci, afin d’éviter de mauvaises surprises.

1. Les antécédents du chef d’entreprise

Même si on apprend de ses erreurs, il peut être utile d’en connaître l’origine car il peut se produire un effet appelé « effet boule de neige ». En effet, les entreprises dont le responsable est impliqué dans un cas de faillite peuvent se retrouver elles-mêmes dans des soucis de trésorerie, liés à une mauvaise gestion des finances, à des pratiques frauduleuses, … Notons également que toutes les entreprises dans lesquelles cette personne exerce des mandats pourraient à leur tour suivre le même chemin, celui de la faillite.

2. Rentabilité négative

Une entreprise est rentable lorsque ses recettes (produits) sont supérieurs à ses dépenses (charges). Ne pas être rentable ponctuellement peut avoir des explications logiques : provision à passer, charges inattendues, facteurs externes, … mais sur plusieurs années la rentabilité doit être au rendez-vous. Une entreprise en perte pendant trop longtemps présente un risque élevé. L’entreprise aura de plus en plus de mal à trouver les financements nécessaires à son « sauvetage » et peut se retrouver en cessation de paiements.

3. Dettes envers l’ONSS

Il s’agit d’un des signaux le plus pertinent. Si une entreprise doit encore de l’argent à l’ONSS, cela signifie que l’entreprise présente des manquements graves vis-à-vis des obligations sociales (regroupant les cotisations patronales et les cotisations personnelles des travailleurs). C’est le signe inquiétant d’un manque de solvabilité de la part de l’entreprise. Cet endettement peut mener à une assignation de l’Office National de la Sécurité Sociale. Il s’agit d’un recouvrement judicaire de la dette devant le tribunal du travail. Dans les cas les plus graves, ce défaut de paiement mènera à une faillite.

4. Manque de publication des comptes annuels

La publication des comptes annuels au moniteur belge est une obligation légale. Décider de ne pas publier peut être interprété comme un moyen de cacher les problèmes financiers rencontrés par l’entreprise. La loi prévoit d’ailleurs la dissolution de ‘entreprise en cas de non-publication des comptes pendant 36 mois(c’est-à-dire 3 années d’affilée).

5. La sous-capitalisation

Ce critère est plus à prendre en compte pour sa propre entreprise car il concerne le capital nécessaire pour créer une entreprise. Par exemple, dans le cas d’une SPRL, le capital minimum obligatoire à libérer est de 6.200 €. Avec les frais de constitution (principalement les honoraires du notaire et du comptable), il restera moins de 5.000 €. C’est très peu pour réaliser les premiers investissements, supporter les retards de paiements éventuels tout en gardant assez de cashflow. Même si un capital élevé n’élimine pas le risque de faillite à 100%, il en diminue les risques.

Conclusion

Les données financières sont de bons indicateurs pour vérifier la solvabilité d’une entreprise, la santé de ses finances, … Les signaux cités ci-dessus ne sont pas les seuls signaux d’alerte d’une faillite mais en sont les principaux.
Il vous est possible de connaître l’état financier des entreprises en indiquant le numéro d’entreprise sur le site de la centrale des bilans mais aussi sur le site de la banque carrefour des entreprises.

2017-06-29T10:19:50+01:0021 mai 2017|

About the Author:

Licenciée en Sciences Economiques de l'ULB et Comptable Fiscaliste agréé IPCF